Sunday, October 20, 2019

Un père est appelé à être un modèle à suivre dans la famille ; sans quoi, son comportement a  un impact négatif sur l’éducation de ses enfants.

 

La santé, bien être  intégral (physique, mental, social..),   est l’un des facteurs majeurs de développement  et  l’ultime finalité  sociale  à laquelle aspire tout le monde. Son acquisition suppose  le  concours non  seulement  du personnel soignant mais aussi des  personnes d’autres secteurs tels qu’agricole, économique, culturel… Les individus faisant partie ces divers secteurs sont tous issus des  familles, cellules  de  base de toute  organisation  sociale.

Ces  familles, milieux  éducatifs  de base par excellence , sont bâties  sur un  soubassement  que  sont  les  parents  et  dont la  pierre  angulaire est  le père.

Ainsi ,le père , pierre angulaire de  l’édifice  familial  et  par  conséquent   de la  société,  devrait  bien  assumer  sa  paternité  dans tous les  secteurs  en  général  et  celui de la  santé  en  particulier. D’où, « père, repère  dans  l’intériorisation  de  santé  publique en communauté ».

Le  père serait  donc la  référence, le  repère  ,le  point  de  départ ;bref , la  cause  première  dont  dépendraient  toutes  les  conséquences  possibles (bonnes  ou  mauvaises ) tel  que  stipule  le  principe  de  la  déduction : «  tout  ce  qui succède  procède  de  ce  qui  précède  ».

Mais  alors, tout  père  est -il  conscient d’être  repère ? ou   y en a -t-il  d’autres qui le sont  par défaut et qui, au lieu  d’être  repère  du bien- être  sanitaire  familial, sont  plutôt  des ensevelisseurs inconscients des  leurs ? Doivent-ils être  conduits par  le  ‘bon sens’ quasi instinctif ou doivent-ils y être  préalablement  et  régulièrement  outillés ?

Nous y apporterons  une lueur de  lumière  en :

-Démontrant  les aspects  que revêtent  les  concepts  ‘père’ et ‘paternité’ ;

-Les  conséquences  d’une  paternité mal assumée ;

-Quelques    remèdes  pour  soutenir la  conscience  des  pères  en  matières de  soins  de  santé  primaires.

La famille, rappelons-le, est le milieu  éducatif  de  base  où  tout  démarre. L’éducation  y  reçue   est  irremplaçable  et  accompagne l’enfant  toute  sa  vie.

Les  parents y  jouent un  rôle  capital chacun  en  ce qui  le concerne , et par-dessus tout  le père  qui  en  assume  la coordination !  Mais  alors, que  faut- il  entendre  du  concept  père ou  paternité ? En effet, « Père »  est  un  mot  court  et  simple  pour  être prononcé ou écrit , mais complexes et lourdes sont  les  implications  qui  en  découlent  ainsi  que  les  exigences  y  relatives .Il signifierait  donc : « géniteur masculin », «  époux  de  la  mère » , «  éducateur  de  l’enfant », «  nourricier »,….Ici, la  fonction  du  père  ou  la  paternité est   surtout  liée  aux  parents  de  sexe  masculin ; mais  ce  qui  importerait  le  plus  ce n’est pas  le  sexe du  père mais  sa  paternité ( fonction du  père ) et  la façon  dont  il l’assume . D’ailleurs, n’existe-t-il pas des  familles  monoparentales  où une  femme  veuve ou  séparée , consciente  de  son  état, cumule  la  fonction  du  père  et  mère dans le ménage ! Elle  est la solution de rechange à tous les problèmes. Cette  paternité , ici  chez  nous, peut  aussi  être  assumée  par  un  fils  aîné de  la  famille  ou une  tierce  personne : il  s’agit  d’une  paternité  symbolique .D’où , être  père  ce n’est  pas en premier lieu  procréer  ( paternité  biologique ) , mais aussi  remplir  les fonctions  ad hoc .Ainsi, certains  engendrent  les  enfants  dont ils sont uniquement pères biologiques sans bien jouer leurs rôles de père! Mais d’autres  sont  pères d’enfants  qu’ils n’ont pas engendrés, toutefois ils assument  la fonction du père à ces derniers sans pour autant être leur père biologique.

D’autres encore  sont des «  enfants sans père » (fils aîné ou fille responsable orphelins ou issus des parents  soit divorcés soit irresponsables) qui  sont  devenus  prématurément des «  pères  sans enfants » sans pour autant être des pères biologiques. Quel  paradoxe ! Ne  parle-t-on pas de  père biologique, père  nourricier, père psychique, père  spirituel,… ? et pourtant, ces  différentes connotations   du  mot  père  devraient   être assumés  par  l’unique  père  biologique conscient  de  ses  responsabilités ou fonctions. Sinon , il ne vaudrait pas  la  peine  d’être  uniquement père biologique : la  masculinité  s’effrite dans  la  société et  préjudicie l’application des mesures des  soins  de  santé  primaires en  famille .

Dans Parole  de  vie …Noël  1998 à  la  page  11, le  cardinal  GODFRED DANNELS , archevêque  de  Malines – Bruxelles dit : «  Quand, en  famille  le ‘’non’’  paternel  fait  défaut , l’enfant  perd le  plus  souvent  la  notion  indispensable  de  limite :  tout  est  permis ». Quand l’enfant se  sent  abandonné,  il  est  traumatisé  et  tout  peut  lui  arriver :

– Qu’arriverait-il  à  une  famille  où  le père  n’a  pas  prévu  des  infrastructures  sanitaires   des  bases  dans  sa  parcelle  ( latrines, douche, trou à  ordures …)et n’apprend  pas des  règles  d’hygiène  à  ceux  dont  il aurait la  responsabilité ?

Certes, les  maladies éliront  domicile  dans  cette  famille  entraînant des conséquences  économiques, sociales, culturelles, psychologiques,…

– Et si  le  père  ne fournit  pas qualitativement et quantitativement la ration alimentaire  à ses  enfants, sa  famille  sera ipso facto , un  champ d’observation  de la   malnutrition !

– Pire encore si le  père  ne scolarise  pas  ses   enfants, certains  d’entre  eux se livreraient à la consommation de  la  drogue  , d’autres  à  la prostitution   risquant de contracter les IST VIH / SIDA avec les conséquences psychosomatiques y relatives ;

– Bref, toutes  les  composantes  des  soins  de  santé  primaires devraient  être  vécues  en  famille  sous l’œil  vigilent  du  père  qui  en  est  le  responsable et  le repère. Encore  faudrait-il savoir si  les  pères    sont   conscients de la pertinence de leur responsabilité ; d’où, il fallait qu’ils en soient suffisamment   préparés  et outillés.  Comment ?

         Les  observations faites  dans la  plupart  des  familles  prouvent suffisamment que  les pères   semblent  ignorer leurs responsabilités, l’ampleur et la gravité des problèmes de santé auxquels sont exposés leurs familles.

Ainsi  faudrait-il  leur rappeler  avec insistance  que d’eux  dépendent  l’avenir et  le  devenir non seulement de leurs familles restreintes, mais aussi de la société tout entière.

Les voies  ci-après pourraient  être une solution à ces problèmes :

-Eduquer les parents à prendre leurs responsabilités en mains ;

– Inscrire  la  matière  sur  les  soins  de  santé   primaires dans  le  programme  de  l’enseignement tant  primaire, secondaire  que  professionnel ;

– Renforcer  la  capacité  des  encadreurs  des  fiancés, futurs parents,  en  matière  des  soins de  santé  primaires.

– Incorporer  la  matière  sur  les  soins  de  santé  primaires  dans  les  enseignements  prénuptiaux  en vue d’une préparation adéquate des futurs  parents  à  la  hauteur  de  leur  tâche ;

-Renforcer les capacités en soins  de  santé  primaires, des responsables du service de l’état civil ainsi que les hommes de Dieu,  ayant le pouvoir d’intervenir dans la célébration des mariages tant civil que religieux ;

– Sensibiliser  régulièrement   les  couples  en  matière  des  soins  de  santé  primaires  dans  les  églises  ou  dans  des  plates  formes  des  couples sans  distinction  d’origine  confessionnelle ;

– Organiser  des  journées d’échanges  d’expériences  des  vécues  des  soins  santé  primaires  en  familles  entre  parents ;

Ainsi, l’image du père qui s’effrite du jour au jour , pourra tant  soit  peu , se  restaurer  et  inaugurer  une  nouvelle  ère  dans  la  société où un père sera réellement un repère dans  le  vécue  quotidien  des  soins  santé  primaires  en  communauté.

        En définitive, quoi que le père  en soit le repère, la santé d’une communauté est une affaire de tous,  en ce sens que la négligence des uns et des autres peut conduire à des épidémies décimant des milliers des personnes.

Par Leonard SIKULI

PPSSP

PPSSP is an interactive website focused on the latest news world wide. We are covering all top stories with reporters based in almost any country. We are focusing on the young people and the new "internet experience".

We are always striving for excellence and therefore we want to have all the best professionals with us. If you are interested drop us a line, and who knows...you might be working for team 365News:)

Get in touch

Notre adresse

Notre siège (HQ)
Chateau Royal 37 str., London, UK
+ 555.123.4567
info (@) 365news.co.uk
Antenne de bunia
Berg Strasse, Eltze, Germany
+ 555.333.4567
eltze (@) 365news.co.uk

Actualités recentes

21
Mar2019

Parents, repere dans...

Un père est appelé à être un modèle à suivre dans la famille ; sans quoi, son comportement a&nb...