Sunday, October 20, 2019
  1. INTRODUCTION

 Il existe des  situations factorielles qui  concourent  à  la constitution des états  défavorables sur le plan social ou sanitaire, 

conduisant  à de véritables drames psychologiques et sociaux. C’est le cas de fistule vésico-vaginale qui est définie comme étant une communication anormale, acquise, plus ou moins complexe, entre le bas appareil urinaire et les voies génitales de la femme (MOUDOUN, 2001). Le nouveau trajet  anormal reliant la vessie et le vagin chez une femme fistuleuse modifie son anatomie et sa physiologie normale, des conséquences dont les implications vont au delà de la seule personne malade.  

Les fistules  vésico-vaginales étaient très courantes dans le monde au début du XXè siècle. Actuellement l’organisation mondiale de la santé estime à 2 millions le nombre de « fistuleuses » dans le monde avec une incidence annuelle de 100 000 à 200 000 nouveaux cas. Ces chiffres sont probablement sous-estimés car basés sur les cas répertoriés dans les hôpitaux et cliniques (ROCHAT, C-H. et al, 2012). Bien qu’étant des problèmes mondiaux, ces affections  sont surtout communes en Afrique car dans les pays développés  l’incidence en a été baissée suite au  progrès de la chirurgie et de l’obstétrique, notamment grâce  à  l’amélioration des soins obstétricaux d’urgences et au retardement de l’âge du mariage et de la première grossesse.   

Les  dystocies caractérisées par un travail prolongé sans possibilité de césarienne ou suivies des césariennes défectueuses sont en effet parmi les facteurs les plus importants expliquant la survenue de fistules vésico-vaginales. Selon le PNSR (2005), ce fait est en relation directe avec la sous-médicalisation en Afrique subsaharienne en général et en  République Démocratique du  Congo en particulier. La pauvreté et l’instabilité politique peuvent contribuer en grande partie à l’explication de ce phénomène. Depuis quelques années, on observe dans les pays en conflit armé ou en période post-conflit une augmentation de la prévalence des fistules vésico-vaginales. Il s’agit des cas consécutifs au viol souvent collectif, ou des cas dus à d’autres types de violence faite à la femme : l’introduction, dans le vagin, d’agents traumatiques coupants ou piquants (PNSR, 2005). La guerre est ainsi devenue  une redoutable arme de guerre quand elle laisse des conséquences bouleversantes comme les fistules vésico-vaginales.       

Ces affections  se caractérisent en effet au plan clinique par de graves troubles mictionnels se manifestant par un écoulement permanent et involontaire d’urine par le vagin. Rares sont les maladies qui dépersonnalisent ainsi la femme. La population ne comprend pas toujours que la maladie  a des facteurs en cause et peut être  curable. Certains évoquent les origines surnaturelles ou les mauvais sorts.

Face à ces réalités et se référant à  l’étude du PNSR (2005) qui présente les provinces du Nord-Kivu (29,6%)  et la Province orientale (15,28%) ayant de fortes prévalences des fistules après le Sud-Kivu (35,4%),.une étude commandée par PPSSP a été  élaborée du point de vue d’anthropologie médicale sur les facteurs favorisant les cas de fistule vésico-vaginale.

Bien plus, en rapport avec les objectifs assignés au Département Psychosocial, Genre et VIH/SIDA ; Programme VIH et Santé Sexuelle et Reproductive, chargé entre autres des questions liées aux réparations des fistules au sein du PPSSP, des constats ont été faits. En effet, dans l’ensemble de l’Ituri en Province orientale, plus de la moitié des femmes enceintes n’accouchent pas en présence d’un personnel qualifié. Quant au territoire de Beni dans la Province du Nord-Kivu, précisément en ZS de Beni dans la cité de Mangina, il y a un nombre important des cas de grossesses précoces chez les mineures. Sur 10 filles de moins de 18 ans,  2 ont déjà des enfants. En 2002, les données de CDR de Mangina ont attesté 207 accouchements parmi les filles mineures sur les 1287 naissances attendues, soit 16 pourcents de naissances par des mineures. Les conséquences naturelles et logiques de ces constats sont les accouchements dystociques, causes principales des cas de fistule.

 A ces constats s’ajoutent également des problèmes d’accessibilité géographique aux structures sanitaires d’où la conséquence logique de mauvaise gestion des dystocies. Il y a en outre  la sous qualification et la sous information des professionnels de  santé ainsi que l’ignorance de la population sur les risques des grossesses précoces en milieu sous équipés et les habitudes obstétricales séculaires  liées aux facteurs culturels en vogue dans les milieux d’enquête.

Cette étude a été menée avec l’objectif d’explorer les  facteurs favorisant les fistules vésico-vaginales  au nord-est de la République Démocratique du Congo

PPSSP

PPSSP is an interactive website focused on the latest news world wide. We are covering all top stories with reporters based in almost any country. We are focusing on the young people and the new "internet experience".

We are always striving for excellence and therefore we want to have all the best professionals with us. If you are interested drop us a line, and who knows...you might be working for team 365News:)

Get in touch

Notre adresse

Notre siège (HQ)
Chateau Royal 37 str., London, UK
+ 555.123.4567
info (@) 365news.co.uk
Antenne de bunia
Berg Strasse, Eltze, Germany
+ 555.333.4567
eltze (@) 365news.co.uk

Actualités recentes

21
Mar2019

Parents, repere dans...

Un père est appelé à être un modèle à suivre dans la famille ; sans quoi, son comportement a&nb...